m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK
Image actualités

Documents  PRODUIT PHYTOSANITAIRE | enregistrements trouvés : 1 194

O

-A +A

Filtres

Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 18

Le désherbage des grandes cultures est une préoccupation croissante pour les agriculteurs lorrains. Le développement des phénomènes de résistances du vulpin aux antigraminées, l’apparition de résistances de certaines « dicots » aux sulfonylurées, le coût toujours plus élevé du poste herbicide sur colza, les restrictions d’utilisation de certains produits et les problèmes de pollutions des eaux nécessitent une modification du mode de gestion des adventices.
Les Chambres d’Agriculture de Lorraine et leurs partenaires se mobilisent depuis de nombreuses années pour développer
des solutions alternatives au désherbage chimique.
L’utilisation de l’agronomie associée au désherbage curatif, chimique et mécanique aboutit à des systèmes plus durables,
tant d’un point de vue salissement que d’un point de vue économique ou environnemental. Ces systèmes se développent chez des agriculteurs à la recherche de solutions techniques et friands d’innovations.
Au travers de retours d’expériences et sur la base de nombreux résultats d’essais, cette brochure fait le point sur les techniques agronomiques de gestion des adventices et de désherbage mécanique. Elle vous donne les clefs pour mettre en oeuvre ces techniques de manière performante sur votre exploitation.
Le désherbage des grandes cultures est une préoccupation croissante pour les agriculteurs lorrains. Le développement des phénomènes de résistances du vulpin aux antigraminées, l’apparition de résistances de certaines « dicots » aux sulfonylurées, le coût toujours plus élevé du poste herbicide sur colza, les restrictions d’utilisation de certains produits et les problèmes de pollutions des eaux nécessitent une modification du mode de gestion des ...

AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; HERBICIDE ; PESTICIDE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; POLLUTION DIFFUSE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 103
Cote : 31729 RM

La conception d'un plan d'action visant à protéger une aire d'alimentation de captage
contre les pollutions liées à l'utilisation de fertilisants et de pesticides soulèvent de
nombreuses questions.
Destiné à l'ensemble des acteurs concernés par la protection d'une aire d'alimentation de
captage, ce guide a été conçu sous forme de fiches thématiques apportant des éléments de
réponse à différentes questions.

EAU POTABLE ; ALIMENTATION EN EAU ; PESTICIDE ; AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; AIRE D'ALIMENTATION DE CAPTAGE ; CAPTAGE ; POLLUTION DIFFUSE ; DIRECTIVE CADRE EAU ; ENGRAIS ; MICROPOLLUANT ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; METHODOLOGIE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
13y


Cote : 32185 RM

Comprend :
- Le forage d’Ammertzwiller (68)
- Le Captage de Bois-le-Jura à Apremont-la-Forêt (55)
- Les sources de Moulins à Bouxières-aux-Chênes (54)
- Les captages de la région de Bouxwiller (67)
- Le Puits de la Chèvre à Chamagne (88)
- La source du Frêne à Germiny (54)
- Le forage de la commanderie à Haraucourt-sur-Seille (57)
- Le forage de Knoeringue (68)
- La source du Chut du Moulin à Marville (55)
- Le bassin versant du Rupt-de-Mad (54/55)
- Le Forage de Tagolsheim (68)
- Les captages de Sommauthe Vaux-en-Dieulet et Beaumont en Argonne (08)
- Les captages du plateau de Vicherey-Beuvezin (88 et 54)
Comprend :
- Le forage d’Ammertzwiller (68)
- Le Captage de Bois-le-Jura à Apremont-la-Forêt (55)
- Les sources de Moulins à Bouxières-aux-Chênes (54)
- Les captages de la région de Bouxwiller (67)
- Le Puits de la Chèvre à Chamagne (88)
- La source du Frêne à Germiny (54)
- Le forage de la commanderie à Haraucourt-sur-Seille (57)
- Le forage de Knoeringue (68)
- La source du Chut du Moulin à Marville (55)
- Le bassin versant du Rupt-de-Mad ...

EAU POTABLE ; CAPTAGE ; SDAGE ; PESTICIDE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; AGRICULTURE ; ALIMENTATION EN EAU ; CAPTAGE PRIORITAIRE ; AIRE D'ALIMENTATION DE CAPTAGE ; RETOUR D'EXPERIENCE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 250

Les céréales représentent plus de 60% de la surface agricole utile (SAU) de la région Alsacienne. Le maïs est la culture prédominante avec 44% de la SAU, suivi par le blé tendre avec 14%. Le maïs est une culture historiquement prédominante dans la région et notamment dans la plaine, du fait de
conditions pédoclimatiques et d’une disponibilité en eau permettant de très bons rendements, généralement supérieurs aux moyennes nationales.
Cette forte spécialisation, accompagnée de rotations courtes, peut augmenter les pressions de maladies, adventices et ravageurs, et concourir à la diminution des taux de matière organique des sols. Pour compenser ces effets, les exploitants sont ainsi être amenés à utiliser des produits
phytosanitaires et des apports récurrents d’azote, qui altèrent la qualité des captages d’eau. De plus, dans le cas particulier du maïs grain, la récolte plus tardive rend l’implantation de cultures intermédiaires plus difficile. Les sols nus sont alors propices à la lixiviation du nitrate vers les eaux
souterraines.
Face à la situation alarmante de la qualité des captages, des changements de pratiques ont eu lieu afin de réduire les résidus de pesticides et la présence de nitrates. Les agriculteurs ont ainsi contractualisé des MAET pour réduire l’utilisation de pesticides sur les cultures et ont amélioré leur
gestion de l’azote. Toutefois, ces changements de pratiques sont encore insuffisants et ne permettent pas d’atteindre les objectifs de la Directive Cadre Européenne sur l’Eau.
La mise en place d’actions à l’échelle du territoire, impliquant l’ensemble des acteurs et soutenant
des filières économiquement attractives et favorables à la qualité de la ressource en eau
(agriculture biologique et cultures bas-intrants), permettrait d’initier des changements de pratiques pérennes et non dépendants de l’existence de subventions tout en assurant un intérêt économique pour l’exploitant.
Les céréales représentent plus de 60% de la surface agricole utile (SAU) de la région Alsacienne. Le maïs est la culture prédominante avec 44% de la SAU, suivi par le blé tendre avec 14%. Le maïs est une culture historiquement prédominante dans la région et notamment dans la plaine, du fait de
conditions pédoclimatiques et d’une disponibilité en eau permettant de très bons rendements, généralement supérieurs aux ...

AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; CAPTAGE ; PROTECTION DE CAPTAGE ; PESTICIDE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; POLLUTION DIFFUSE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 2
Cote : 31793-02 RM

Si le 4ème programme d’actions de la directive nitrates a rendu obligatoire la couverture du sol durant l’hiver à des fins de réduction des pertes de nitrates, les travaux sur les CIPAN ont débuté bien avant cette obligation. En effet, les plateformes d’expérimentation sur les couverts permettent de disposer de références techniques et environnementales sur ces CIPAN depuis plus de 10 ans et ont joué un vrai rôle d’animation dans les opérations Agri-Mieux et les zones de captage.
Si le 4ème programme d’actions de la directive nitrates a rendu obligatoire la couverture du sol durant l’hiver à des fins de réduction des pertes de nitrates, les travaux sur les CIPAN ont débuté bien avant cette obligation. En effet, les plateformes d’expérimentation sur les couverts permettent de disposer de références techniques et environnementales sur ces CIPAN depuis plus de 10 ans et ont joué un vrai rôle d’animation dans les opérations ...

AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; PESTICIDE ; NITRATE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 2
Cote : 31793-01 RM

Le début des années 2000 coïncide avec le premier rapport de l’IFEN (Institut Français de l’Environnement) mettant en évidence la présence de produits phytosanitaires dans les eaux. Ce rapport porte annuellement à connaissance de la société civile l’état de présence en molécules phytosanitaires dans les cours d’eau ou les nappes profondes. En Lorraine, les principaux responsables de cette pollution sont les herbicides tel que le glyphosate ou l’atrazine.
La Directive Cadre Européenne sur l’Eau impose le bon état écologique des milieux aquatiques pour 2015. Afin de répondre à cet objectif, la profession agricole se mobilise depuis plusieurs années pour réduire les dégradations du milieu. Ainsi, la compréhension des phénomènes de pollution des eaux par les pesticides est un des enjeux de recherche majeur pour concilier productivité agricole et respect de l'environnement.
Le début des années 2000 coïncide avec le premier rapport de l’IFEN (Institut Français de l’Environnement) mettant en évidence la présence de produits phytosanitaires dans les eaux. Ce rapport porte annuellement à connaissance de la société civile l’état de présence en molécules phytosanitaires dans les cours d’eau ou les nappes profondes. En Lorraine, les principaux responsables de cette pollution sont les herbicides tel que le glyphosate ou ...

AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; PESTICIDE ; MILIEU POREUX

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 2
Cote : 31793-05 RM

L’état des lieux des masses d’eaux du bassin Rhin-Meuse réalisé pour la Directive cadre sur l’eau a identifié parmi les principaux polluants d’origines agricoles essentiellement des produits phytosanitaires de type herbicide .
Suite au travail d’inventaire des solutions agronomiques favorables à la réduction de la réduction de la pression des adventices pour une protection des cultures économes en herbicides (travaux du groupe CORPEN STEPY et des instituts techniques), les Chambres d’Agriculture de lorraine, en partenariat avec Arvalis et le Cetiom, ont souhaité construire et développer des systèmes de cultures intégrant ces solutions agronomiques en veillant à valider leur faisabilité mais également en s’assurant de leur durabilité technique, économique et environnementale.
L’état des lieux des masses d’eaux du bassin Rhin-Meuse réalisé pour la Directive cadre sur l’eau a identifié parmi les principaux polluants d’origines agricoles essentiellement des produits phytosanitaires de type herbicide .
Suite au travail d’inventaire des solutions agronomiques favorables à la réduction de la réduction de la pression des adventices pour une protection des cultures économes en herbicides (travaux du groupe CORPEN STEPY et ...

AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; PESTICIDE ; NITRATE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 2
Cote : 31793-04 RM

Aujourd’hui les actions d’aménagement de la parcelle vis-à-vis de la qualité de l’eau se résument aux bandes enherbées, dispositif très largement accepté et mis en place par la profession agricole. Le drainage agricole, s’il offre la possibilité de cultiver des terres lourdes dans un climat lorrain difficile, court-circuite ces dispositifs : il connecte la solution du sol avec les cours d’eau, ce qui peut faciliter la fuite de molécules phytosanitaires dans le milieu naturel en période drainante, fuite variable en fonction des caractéristiques physico-chimiques des produits et des conditions pédoclimatiques.
Aujourd’hui les actions d’aménagement de la parcelle vis-à-vis de la qualité de l’eau se résument aux bandes enherbées, dispositif très largement accepté et mis en place par la profession agricole. Le drainage agricole, s’il offre la possibilité de cultiver des terres lourdes dans un climat lorrain difficile, court-circuite ces dispositifs : il connecte la solution du sol avec les cours d’eau, ce qui peut faciliter la fuite de molécules ...

AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; PESTICIDE ; NITRATE ; ZONE DE TAMPON ; ZONE TAMPON HUMIDE ARTIFICIELLE ; DRAINAGE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.


Cote : RP-210113-24

A la suite du classement de 823 communes supplémentaires en zones vulnérables,
Delphine BATHO, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et
Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt,
rappellent que la France est tenue de se conformer aux exigences communautaires dans
le cadre de la directive « nitrate », les sanctions financières encourues seraient très
lourdes pour le budget national en cas de manquement.
A la suite du classement de 823 communes supplémentaires en zones vulnérables,
Delphine BATHO, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, et
Stéphane LE FOLL, ministre de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt,
rappellent que la France est tenue de se conformer aux exigences communautaires dans
le cadre de la directive « nitrate », les sanctions financières encourues seraient très
lourdes pour le budget ...

NITRATE ; DIRECTIVE NITRATE ; POLITIQUE DE L'EAU ; DGAE ; CODIR ; POLITIQUE COMMUNAUTAIRE ; AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; POLLUTION DIFFUSE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; ZONE VULNERABLE ; AGENCE DE L'EAU ; REDEVANCE AGENCE

LIRE PLUS

Z