m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK
Image actualités

Documents  INSTITUT NATIONAL DE RECHERCHE EN SCIENCES ET TECHNOLOGIES POUR L'ENVIRONNEMENT ET L'AGRICULTURE | enregistrements trouvés : 59

O

-A +A

Filtres

Q


Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

Changement climatique, changement global : 55 résultats de recherches au service des territoires. Le titre de la récente parution de l'Institut de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea), est explicite. Il recense les travaux de recherche menés dans cinq secteurs : écotechnologie, sols, forêts, montagnes, rivières et estuaires. « Voilà un ouvrage qui donne à voir les apports de la recherche et l'engagement des territoires dans la lutte contre le dérèglement climatique et pour la reconquête de la biodiversité », s'enthousiasme Ségolène Royal dans la préface de ce document. L'agriculture est au cœur de ce recueil, avec des projets de recherches appliquées à la méthanisation, à la gestion de l'irrigation, ou encore de la matière organique.
Changement climatique, changement global : 55 résultats de recherches au service des territoires. Le titre de la récente parution de l'Institut de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea), est explicite. Il recense les travaux de recherche menés dans cinq secteurs : écotechnologie, sols, forêts, montagnes, rivières et estuaires. « Voilà un ouvrage qui donne à voir les apports de la recherche et ...

CHANGEMENT CLIMATIQUE ; BIODIVERSITE ; CODIR ; POLITIQUE DE L'EAU ; DGAE ; AMENAGEMENT DE COURS D'EAU ; AGRICULTURE ; ASSAINISSEMENT

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 14

Ainsi, les rôles attendus de ces zones sont variés : ils ne sont pas quantifiés, ni facilement
quantifiables.

ASSAINISSEMENT ; ZONE DE REJET VEGETALISEE ; DROIT DE L'ENVIRONNEMENT

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 74

L’ouvrage de stockage pour permettre la Réutilisation des Eaux Usées Traitées facilite la gestion de tels projets. Cette étude s’intéresse à l’unité de stockage dans les projets de REUT et notamment leur impact sur la qualité des Eaux Usées Traitées (EUT).
Sont différenciés les ouvrages de stockage opérationnels qui permettent la régulation journalière des volumes produits pour faciliter leur usage en irrigation, des ouvrages saisonniers qui offrent un moyen
de réponse à la demande saisonnière en irrigation.
L’ouvrage de stockage pour permettre la Réutilisation des Eaux Usées Traitées facilite la gestion de tels projets. Cette étude s’intéresse à l’unité de stockage dans les projets de REUT et notamment leur impact sur la qualité des Eaux Usées Traitées (EUT).
Sont différenciés les ouvrages de stockage opérationnels qui permettent la régulation journalière des volumes produits pour faciliter leur usage en irrigation, des ouvrages saisonniers qui ...

EAU USEE ; ASSAINISSEMENT

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
2y

- 90 + 58

Le projet MOSARH21 (Moselle-Sarre-Rhin au 21e siècle) a eu pour objectif d’évaluer les impacts futurs des changements climatiques sur les débits des affluents français du Rhin. Pour cela, les dernières simulations climatiques disponibles produites dans le cadre du 5
e rapport d’évaluation (AR5) du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) ont été utilisées.
La démarche s’appuie sur une approche multi-modèles (exploitant deux modèles hydrologiques, GRSD et LARSIM), qui est utilisée conjointement avec un ensemble de projections climatiques désagrégées statistiquement à l’échelle d’intérêt. Les impacts sont quantifiés à l’aide de divers
indicateurs relatifs au régime des cours d’eau, aux crues et aux étiages. Une attention particulière est donnée à la quantification des incertitudes associées à la chaîne de modélisation.
Ce projet a montré que dans le cadre des projections climatiques issues de l’AR5, l’incertitude vient principalement des modèles climatiques et des scénarios radiatifs RCP. L’incertitude liée à
l’échantillonnage semble d’un second ordre, alors que l’incertitude liée aux modèles hydrologiques semble faible.
Les évolutions des débits moyens indiquent une légère augmentation des débits moyens annuels, qui pourrait même devenir importante pour le scénario radiatif RCP 8.5 (amplement du réchauffement climatique). L’aléa de crue s’intensifie dans un futur proche (2021-2050). En
revanche, dans un futur plus lointain (2071-2100), l’évolution des indicateurs de crue est très incertaine, les projections hydrologiques étant divergentes. Les débits d’étiages seraient à la baisse dans le futur proche. Leur évolution dans le futur lointain est également plus incertaine, allant de
la baisse drastique à une augmentation sensible.
Les résultats ont été comparés à ceux obtenus dans le cadre d’études d’impact antérieures réalisées sur le bassin (FLOW MS et Explore 2070). Compte tenu des différences méthodologiques
et des résultats obtenus, on peut conclure que les études précédentes sont cohérentes avec les résultats obtenus dans le projet MOSARH 21.
Ce projet propose également des fiches représentant les évolutions climatiques attendues ainsi que leurs effets sur le régime, les crues et les étiages pour chacune des stations hydrométriques de
la zone d’étude. Le présent rapport a pour objet de présenter de manière synthétique la méthodologie de travail et les résultats de ce projet.
Le projet MOSARH21 (Moselle-Sarre-Rhin au 21e siècle) a eu pour objectif d’évaluer les impacts futurs des changements climatiques sur les débits des affluents français du Rhin. Pour cela, les dernières simulations climatiques disponibles produites dans le cadre du 5
e rapport d’évaluation (AR5) du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) ont été utilisées.
La démarche s’appuie ...

CHANGEMENT CLIMATIQUE ; DEBIT ; AFFLUENT ; ETIAGE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 68

La lutte contre les pertes d’eau potable dans les réseaux de distribution est un enjeu considérable sur les territoires qui connaissent
des problèmes de ressources. La loi du 29 juin 2010 portant engagement national pour l’environnement (Grenelle II) comporte des
dispositions incitatives modulées en fonction des taux de pertes. L’amélioration de la connaissance des phénomènes physiques à
l'origine des fuites et l'étude d’indicateurs sont nécessaires pour évaluer les réductions de pertes possibles et les enjeux financiers
qui en découlent. Ces questions ont donné lieu à la présente étude qui s’est déroulée sur 3 ans de 2009 à 2011.
La lutte contre les pertes d’eau potable dans les réseaux de distribution est un enjeu considérable sur les territoires qui connaissent
des problèmes de ressources. La loi du 29 juin 2010 portant engagement national pour l’environnement (Grenelle II) comporte des
dispositions incitatives modulées en fonction des taux de pertes. L’amélioration de la connaissance des phénomènes physiques à
l'origine des fuites et l'étude d’indicateurs sont ...

EAU POTABLE ; ALIMENTATION EN EAU ; RESEAU D'EAU POTABLE ; FUITE D'EAU ; METHODOLOGIE ; RECHERCHE DE FUITE ; RESSOURCE EN EAU ; GESTION DE LA RESSOURCE EN EAU ; GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 85

Le Groupe de Travail sur l’Évaluation des Procédés Nouveaux d’Assainissement des petites et moyennes Collectivités (GT EPNAC) rassemble des organismes oeuvrant dans le domaine de l’assainissement : des techniciens de terrain (SATESE), des décideurs/financeurs (Agences de l’eau, ONEMA), des instances en charge de la réglementation (MEDDE, ministère de la santé, services en charge de la Police de l’Eau), des formateurs et des scientifiques (OIEau, Irstea). Il a pour but d’acquérir, de mutualiser et de diffuser les connaissances sur les procédés de traitement des eaux usées des petites et moyennes collectivités.
Le GT EPNAC vient de publier un guide, à destination des maîtres d’ouvrage et des exploitants, qui a pour objet de présenter de façon synthétique, les modalités d’exploitation courante d’une station d’épuration par boues activées de capacité < 600 kg DBO5/jour (soit 10 000 équivalents habitants (EH)), et dimensionnée dans le domaine de charge de l’aération prolongée (Cm < 0,1 kg DBO5 /kg MVS/jour).
Conçu au fil de l’eau, il recense, tant pour la file eau que pour la file boues, l’ensemble des tâches d’exploitation courantes à réaliser, ainsi que leur fréquence.
Le Groupe de Travail sur l’Évaluation des Procédés Nouveaux d’Assainissement des petites et moyennes Collectivités (GT EPNAC) rassemble des organismes oeuvrant dans le domaine de l’assainissement : des techniciens de terrain (SATESE), des décideurs/financeurs (Agences de l’eau, ONEMA), des instances en charge de la réglementation (MEDDE, ministère de la santé, services en charge de la Police de l’Eau), des formateurs et des scientifiques (OIEau, ...

STATION D'EPURATION ; BOUE ACTIVEE ; DEVERSOIR D'ORAGE ; BASSIN DE POLLUTION ; DEGRILLAGE ; DESSABLAGE ; DESHUILAGE ; BASSIN D'AERATION ; DEPHOSPHATATION ; CLARIFICATION ; AUTOCONTROLE ; EPAISSISSEMENT DE BOUE ; DESHYDRATATION DE BOUE ; LIT DE SECHAGE ; AERATION PROLONGEE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 43

L'imperméabilisation et l'artificialisation des surfaces urbaines ont conduit, au fil des ans, à collecter des eaux pluviales polluées, les retombées atmosphériques, le lessivage des toitures et des surfaces imperméabilisées etc. Ces eaux contribuent à la saturation des réseaux unitaires et sont parfois collectées par des réseaux séparatifs d’eaux pluviales. Leur rejet dans les milieux aquatiques est défini comme des Rejets urbains de temps de pluie (RUTP). Ces rejets sont constitués par l’ensemble des eaux rejetées soit aux exutoires des réseaux séparatifs pluviaux soit aux surverses de réseaux unitaires ainsi qu’aux by-pass des stations d’épuration.
L'imperméabilisation et l'artificialisation des surfaces urbaines ont conduit, au fil des ans, à collecter des eaux pluviales polluées, les retombées atmosphériques, le lessivage des toitures et des surfaces imperméabilisées etc. Ces eaux contribuent à la saturation des réseaux unitaires et sont parfois collectées par des réseaux séparatifs d’eaux pluviales. Leur rejet dans les milieux aquatiques est défini comme des Rejets urbains de temps de ...

ASSAINISSEMENT ; RHIZOSPHERE ; GESTION DES EAUX PLUVIALES ; FILTRE PLANTE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 9

La directive cadre sur l’eau nécessite la mise en place des programmes d’actions pour restaurer le bon état des masses d’eau souterraines d’ici 2027 au plus tard, et ce au moindre coût. Face aux difficultés rencontrées pour sélectionner des actions de restauration efficaces, cet article apporte un éclairage méthodologique innovant sur la conduite d'une évaluation économique pour définir un programme d'actions visant à améliorer la qualité d'une masse d'eau souterraine dégradée par les nitrates d'origine agricole.
La directive cadre sur l’eau nécessite la mise en place des programmes d’actions pour restaurer le bon état des masses d’eau souterraines d’ici 2027 au plus tard, et ce au moindre coût. Face aux difficultés rencontrées pour sélectionner des actions de restauration efficaces, cet article apporte un éclairage méthodologique innovant sur la conduite d'une évaluation économique pour définir un programme d'actions visant à améliorer la qualité d'une ...

QUALITE DE L'EAU ; DIRECTIVE CADRE EAU ; POLLUTION DIFFUSE ; AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; BON ETAT ECOLOGIQUE ; EAU SOUTERRAINE ; METHODOLOGIE ; NITRATE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; AMENAGEMENT DE COURS D'EAU

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 28

La faune benthique est au coeur de l’évaluation écologique des cours d’eau depuis les années soixante, où ont été proposés les premiers indices biotiques. Ces macroinvertébrés de par leurs exigences et leurs modes de vie constituent des signatures temporelles précieuses qu’il convient d’analyser et d’interpréter avec grand soin : si des évolutions temporelles sont constatées, quels en sont les principaux déterminants ? Voit-on des signes d’amélioration de la qualité de l’eau ? Quels paramètres en sont responsables ? Voit-on des tendances temporelles imputables à des changements de climat ? Le présent
rapport détaille le processus de recueil et de sélection des sites et des données. Des premiers résultats riches d’enseignements ont pu être mis en évidence.
La faune benthique est au coeur de l’évaluation écologique des cours d’eau depuis les années soixante, où ont été proposés les premiers indices biotiques. Ces macroinvertébrés de par leurs exigences et leurs modes de vie constituent des signatures temporelles précieuses qu’il convient d’analyser et d’interpréter avec grand soin : si des évolutions temporelles sont constatées, quels en sont les principaux déterminants ? Voit-on des signes ...

MACROINVERTEBRE ; INDICE MACROINVERTEBRE ; QUALITE DE L'EAU ; BON ETAT ECOLOGIQUE ; INDICE BIOTIQUE D'INTEGRITE ; BENTHOS ; ANALYSE BIOLOGIQUE ; INDICE BIOLOGIQUE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 41

En accord avec les termes de la DCE, la définition des règles d’évaluation de l’état
écologique des plans d’eau implique l’établissement des valeurs-seuils correspondant aux limites de classe d’état pour les 6 paramètres physico-chimiques généraux soutenant la biologie : la concentration en nutriments, la transparence, le bilan d’oxygène, la température
de l’eau, la salinité et la capacité de neutralisation des acides.
Ce rapport présente les avancées réalisées en 2014 et 2015 sur l'analyse des réponses des
des compartiments biologiques phytoplancton, macrophytes et ichtyofaune aux éléments de
qualité physico-chimiques et aux caractéristiques environnementales. Les résultats de ces travaux mettent en lumière des zones de rupture (appelée zone seuil dans ce rapport) dans les gradients inter-plans d’eau qui correspondent à des changements de composition des différentes communautés biologiques. Ce travail se focalise sur les relations écologiques entre les compartiments biologiques et l’ensemble des paramètres physico-chimiques
généraux soutenant la biologie, et a comme particularité d’être pleinement indépendant des
indicateurs biologiques ; à la différence des travaux présentés dans Danis et Roubeix (2014) et dont les résultats sont aujourd’hui utilisés pour l’évaluation de l’état écologique des plans d’eau DCE (Ministère de l'Ecologie et du Développement Durable 2015). Afin d’aboutir à des outils opérationnels, ces seuils doivent être (travaux prévus en 2016) confrontés aux valeurs de référence par plans d’eau ou type de plans d’eau pour, à terme, aboutir à une quantification pleinement DCE compatible des valeurs-seuils des paramètres physicochimiques soutenant la biologie, i.e. des valeurs-seuils permettant d'assurer le bon fonctionnement et la préservation des écosystèmes, et l'atteinte du bon état des
communautés biologiques
En accord avec les termes de la DCE, la définition des règles d’évaluation de l’état
écologique des plans d’eau implique l’établissement des valeurs-seuils correspondant aux limites de classe d’état pour les 6 paramètres physico-chimiques généraux soutenant la biologie : la concentration en nutriments, la transparence, le bilan d’oxygène, la température
de l’eau, la salinité et la capacité de neutralisation ...

ANALYSE DE L'EAU ; DIRECTIVE CADRE EAU ; BON ETAT ECOLOGIQUE ; HYDROBIOLOGIE ; PLAN D'EAU ; ANALYSE BIOLOGIQUE ; METHODE D'ANALYSE

LIRE PLUS

Z