m
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation d'un simple cookie d'identification. Aucune autre exploitation n'est faite de ce cookie. OK
Image actualités

Documents  88 | enregistrements trouvés : 3 203

O

-A +A

Filtres

Q

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
2y

- 4
Cote : 31319-22 D RM

L'article L.2224-5 du code général des collectivités territoriales, modifié par la loi n°2016-1087 du 8 août 2016 - art.31, impose au maire ou au président de l'établissement public de coopération intercommunale l'obligation de présenter à son assemblée délibérante un rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d'eau potable destiné notamment à l'information des usagers. Ce rapport est présenté au plus tard dans les neuf mois qui suivent la clôture de l'exercice concerné. Le maire ou le président de l'établissement public de coopération intercommunale y joint la note établie chaque année par l'agence de l'eau ou l'office de l'eau sur les redevances figurant sur la facture d'eau des abonnés et sur la réalisation de son programme pluriannuel d'intervention.
L'article L.2224-5 du code général des collectivités territoriales, modifié par la loi n°2016-1087 du 8 août 2016 - art.31, impose au maire ou au président de l'établissement public de coopération intercommunale l'obligation de présenter à son assemblée délibérante un rapport annuel sur le prix et la qualité du service public d'eau potable destiné notamment à l'information des usagers. Ce rapport est présenté au plus tard dans les neuf mois qui ...

REDEVANCE AGENCE ; REDEVANCE DE POLLUTION ; REDEVANCE DE MODERNISATION DES RESEAUX ; AIDE AGENCE ; PRIX DE L'EAU ; COMMUNICATION ; TOUS

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
6y

Ce panorama présente un état des lieux des enjeux en termes d’adaptation au changement climatique et de biodiversité dans la région Grand Est, ainsi que les acteurs régionaux contribuant ou susceptibles de contribuer au déploiement de Solutions fondées sur la Nature pour l’adaptation au changement climatique.

Il est le fruit du travail de l'animatrice régionale ARTISAN en Grand Est, et de l'implication de tous les membres du groupe de travail sur les Solutions d'adaptation fondées sur la Nature en Grand Est : l'Office Français de la Biodiversité, le Conseil régional Grand Est, la DREAL, la DRAAF, l'Agence de l'eau Rhin-Meuse, l'Agence de l'eau Seine-Normandie, l'ADEME, le Cerema, la Banque des territoires et l'INRAE.
Ce panorama présente un état des lieux des enjeux en termes d’adaptation au changement climatique et de biodiversité dans la région Grand Est, ainsi que les acteurs régionaux contribuant ou susceptibles de contribuer au déploiement de Solutions fondées sur la Nature pour l’adaptation au changement climatique.

Il est le fruit du travail de l'animatrice régionale ARTISAN en Grand Est, et de l'implication de tous les membres du groupe de travail ...

CHANGEMENT CLIMATIQUE ; BIODIVERSITE

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 39
Cote : 21032-2 RM

INVENTAIRE DE L'ACIDIFICATION DE 394 RUISSEAUX VOSGIENS. COMPARAISON ENTRE PERIODE D'ETIAGE ET DE CRUE. ORIGINE DE L'ACIDIFICATION : PLUIE ACIDE, FORETS. REHABILITATION DES COURS D'EAU PAR RESTAURATION SPONTANEE APRES DIMINUTION DES APPORTS ACIDES OU UTILISATION D'AMENDEMENTS ALCALINS. CONVENTION NO 14/95 C

EAU DE SURFACE ; PHMETRIE ; RESTAURATION DE COURS D'EAU ; FORET ; PLUIE ACIDE ; CHAUX ; CRUE ; ETIAGE ; CALCIUM ; ALUMINIUM ; INVENTAIRE PISCICOLE ; ALCALINITE ; GEOLOGIE ; TOXICITE ; COMPARAISON ; QUALITE DE L'EAU

LIRE PLUS

Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
Déposez votre fichier ici pour le déplacer vers cet enregistrement.
y

- 18

Le désherbage des grandes cultures est une préoccupation croissante pour les agriculteurs lorrains. Le développement des phénomènes de résistances du vulpin aux antigraminées, l’apparition de résistances de certaines « dicots » aux sulfonylurées, le coût toujours plus élevé du poste herbicide sur colza, les restrictions d’utilisation de certains produits et les problèmes de pollutions des eaux nécessitent une modification du mode de gestion des adventices.
Les Chambres d’Agriculture de Lorraine et leurs partenaires se mobilisent depuis de nombreuses années pour développer
des solutions alternatives au désherbage chimique.
L’utilisation de l’agronomie associée au désherbage curatif, chimique et mécanique aboutit à des systèmes plus durables,
tant d’un point de vue salissement que d’un point de vue économique ou environnemental. Ces systèmes se développent chez des agriculteurs à la recherche de solutions techniques et friands d’innovations.
Au travers de retours d’expériences et sur la base de nombreux résultats d’essais, cette brochure fait le point sur les techniques agronomiques de gestion des adventices et de désherbage mécanique. Elle vous donne les clefs pour mettre en oeuvre ces techniques de manière performante sur votre exploitation.
Le désherbage des grandes cultures est une préoccupation croissante pour les agriculteurs lorrains. Le développement des phénomènes de résistances du vulpin aux antigraminées, l’apparition de résistances de certaines « dicots » aux sulfonylurées, le coût toujours plus élevé du poste herbicide sur colza, les restrictions d’utilisation de certains produits et les problèmes de pollutions des eaux nécessitent une modification du mode de gestion des ...

AGRICULTURE ; PRATIQUE AGRICOLE ; HERBICIDE ; PESTICIDE ; PRODUIT PHYTOSANITAIRE ; POLLUTION DIFFUSE

LIRE PLUS

Z